Les logements sociaux financés par le crowdfunding

sociaux

Crowdfunding immobilier et projets sociaux, ça vous parait paradoxal ? Et bien sachez que le crowdfunding immobilier tend à développer de plus en plus de projets à vocation sociale. Pas si étonnant puisque, rappelons-le, l’entraide et le partage sont l’essence même du financement participatif !

 

Dans une société où le mal-logement s’enracine, en 2017 ce sont près de 4 millions de personnes mal-logées en France[1], c’est tout naturellement que le crowdfunding immobilier se mobilise à des fins solidaires. Dans ce domaine, un projet solidaire signifie la construction de logements sociaux qui peuvent représenter l’ensemble ou seulement une partie du projet immobilier. Ces initiatives permettent de loger des personnes aux revenus modestes qui auraient du mal à accéder à des prestations décentes dans le privé.

 

La finalité altruiste séduit de plus en plus d’investisseurs qui souhaitent engager leurs ressources pour un retour sur investissement tout en conciliant l’aspect humain. Au-delà de dimension sociale, cette catégorie de projet comporte l’avantage d’avoir un risque limité. Bien que l’investissement en crowdfunding immobilier comporte toujours le risque de ne pas récupérer son capital initial, le risque de commercialisation dans ce type de projet (le fait que le promoteur peut ne pas réussir à vendre tous ses lots, cf. l’article sur les risques) est limité puisque le bailleur social réserve les lots disponibles et dans la grande majorité des cas achète par la suite l’ensemble des logements. Il prendra à sa charge de trouver des locataires. Aussi, la corrélation risque/gain étant forte, le rendement est ainsi souvent moins significatif sur ce type de placement.

 

En raison de marges traditionnellement moins élevées, les projets de ce type sont le lot de promoteurs spécialisés et restent à ce jour plutôt rares sur le marché du crowdfunding immobilier. Pourtant, la thématique sociale occupe une place grandissante chez Fundimmo qui a déjà financé 5 projets 100% sociaux :

 

[1] 23ème rapport sur l’état du mal-logement en France, Fondation Abbé Pierre

Laisser un commentaire